Adexsol

English Francais


Le mariage aussi efficace contre le cancer qu’une chimiothérapie (...)

8 novembre 2013
Catégorie : Médicament / Société /


Source : Marital Status and Survival in Patients With Cancer-Ayal A. Aizer, Ming-Hui Chen, Ellen P. McCarthy, Mallika L. Mendu, Sophia Koo, Tyler J. Wilhite,Powell L. Graham, Toni K. Choueiri, Karen E. Hoffman, Neil E. Martin, Jim C. Hu, and Paul L. Nguyen- Journal of Clinical Oncology, Vol 31.

Le titre de cet article pourrait laisser croire qu’il s’agit d’un humour au goût douteux. Il s’agit pourtant de la conclusion d’une très sérieuse étude parue dans le Journal of Clinical Oncology du 1er novembre 2013.

Il s’agit d’une Meta analyse portant sur une cohorte de 734,889 patients ayant eu un diagnostic de cancer entre 2004 et 2008 dans un des 10 cancers les plus mortels faisant chacun plus de 15000 morts par an aux Etats-Unis : Poumon, colorectal, sein, pancréas, prostate, foie et voies biliaires intra-hépatiques, lymphome non hodgkinien, tête et cou, ovaires, œsophage. Cette cohorte a elle-même été sélectionnée en fonction de divers critères, à partir d’une base de données de près d’1 million de patients du Surveillance, Epidemiology And End Results (SEER).

Les auteurs de l’étude parviennent à la conclusion que les célibataires incluant les veufs ont un risque plus important de de développer des métastases, de sous-traitement et de décès, que les patients mariés. Ce constat a été effectué pour chacune des tumeurs étudiées avec une réduction des taux de décès allant de 12 à 33%. Pour cinq des cancers étudiés (prostate, sein, colorectal, œsophage et tête et cou), le taux de survie globale est même supérieur à celui constaté après une chimiothérapie.

L’association entre le statut marital et de meilleurs résultats peut s’expliquer par différentes causes : meilleur accès aux soins, incitation du conjoint à aller consulter, meilleure résistance au stress, etc. Pour les auteurs, la principale raison au meilleur taux de survie réside dans la meilleure adhérence au traitement chez les patients mariés.

Pour les auteurs, ces conclusions mettent en lumière l’impact substantiel que peut avoir le mariage et notamment le soutien affectif sur la survie, le traitement et le dépistage du cancer. Elles posent également la question de l’impact que pourrait avoir un soutien social ciblé en direction des populations vulnérables comme les célibataires sur la probabilité d’une guérison. Dans l’attente d’autres études couts/avantages, de telles interventions pourraient s’avérer plus efficientes dans l’amélioration des résultats chez les patients célibataires.



ADEXSOL © | | | Réalisation : CréaQuercy | Mentions légales